Barrissons .... Let's trumpet

Derniers billets

mar. 11 août 2015

Reintégration

Français:

Tout d'abord: ça y est, je suis rentrée en France depuis une semaine. J'ai ignoré le blog, me disant que le voyage au Laos était bel et bien terminé, même si j'ai encore quelques histoires dans ma tête et bien des photos du Laos à partager. Ne faut-il pas rester dans le présent?
En réalité, il manque au moins un morceau: la réinsertion en France. Les chats sont égaux à eux mêmes. La Grosse est toujours obèse, la Belle dandine toujours du popotin, la Vielle pue encore plus de la gueule; elle vieillit mal. Les renards ont eu raison de la majorité des poules; le potager a pris une année sabbatique mais mes adorables voisins veillent à ce qu'on ait des légumes frais. La jument est grasse, le baudet toujours aussi imprévisible et il a fallu qu'on ait une discussion musclée avec la chèvre. Tout est "normal".
Mon sommeil est tout pourri. Déjà que j'avais des insomnies, mais si on ajoute le décalage horaire, je ne sais plus où sont le nord et le sud.
Je n'essaie même pas de regarder les infos. Les sujets estivaux récurrents, les désastres et autres faits divers, les hommes politiques à la manœuvre (Citoyen français, pars en vacances faire tourner l'économie avec tes dépense estivales, pendant que je fais des déclarations inutiles visant à te montrer que tu es en sécurité, mais surtout à ce que tu ne m'oublies pas aux prochaines élections.)...vomitif.
Aujourd'hui, youpi, j'ai rendez-vous avec mon ami Polo. Polo dit qu'il va m'aider à trouver un emploi, et pour ce faire, il me demande quantité de papiers et justificatifs. J'espère qu'il ne va pas trop se fâcher avec moi: j'y vais les mains vides, parce-que je lui avais tout donné avant de partir. J'ai déjà tué un arbre, j'essaie de sauver le deuxième.
Je reprends de bonnes vieilles habitudes de française: je vais conclure en râlant. Mais OU donc est cette foutue canicule?! J'ai FROID!

English:

First of all, I'm back in France. I arrived a week ago. I've been ignoring the blog: the trip to Laos is over and done with even if I still have stories to tell and lots of pictures to share. But shouldn't I stay in the present?
I now think that a piece of the trip is still missing: the part where I fit back into a French lifestyle. The cats are the same as ever. The Fat one is still obese, the Pretty one still walks like a fashion model, the Old one's breath is even worse; she is not aging gracefully.The foxes wiped out most of the poultry, the vegetable garden is on sabbatical, but my adorable neighbors supply us with fresh produce. The filly is fat, the donkey is still an ass, and I had to have a serious discussion with the goat about who's boss. Everything is "normal".
My sleeping stinks. I'm just as insomniac as ever, but now it is compounded with the time zone changes. My brain is clueless.
I'm avoiding the newscasts. Full of recurrent news reports that I've seen every summer since I've lived here, disaster's and other sordid reports of suffering that make up "news", manipulative French politicians and their sleazy not at all subtle messages destined to fill the urns in their favor at an upcoming election (Citizen, all is well, I'm in charge, you're safe, go fuel the economy with your vacation spending. Sickening.
Today, oh what fun, I'm off to see my friend Polo, otherwise known as the unemployment agency. Polo says he's going to help me find a job and has asked me for a ton of paperwork. I hope he wont get to pissed when I show up empty handed: I supplied all that stuff before I left for Laos. I already killed one tree, I'm trying to save another one.
I'm getting my frog habits back: I'm ending this post by complaining. Just where is this blasted heat wave they're talking about on the weather channel? I'm COLD!

dim. 02 août 2015

Le pied -- An ode to feet

Laos_Mai_2015__38_.JPG

Français:

Les quelques pays asiatiques que je connais sont plutôt rudes avec les pieds. Au Nepal, on ne montre pas la plante, c'est très malpoli. Kan m'a repris par deux fois lorsque je montrais quelque chose, pourtant au sol, avec mon pied. Horreur! Il fallait pointer avec la main ou la voix, surtout pas le pied.
Et pourtant, j'aime les pieds. Ce sont de pures merveilles : le pied humain comporte 26 os, 33 articulations, et plus d'une centaine de ligaments, muscles et tendons. Tout ceci parfaitement coordonné afin de nous tenir debout, marcher, courir, danser...
Symboliquement, le pied est tout aussi merveilleux: il nous relie à la terre. Autant la tête peut s'amuser avec des envolées lyriques, frôler la spiritualité, autant notre pied nous rappelle que nous sommes bel et bien faits de poussière. On a beau l'enfermer et l'isoler, le pied sera toujours au contact du sol.
Nous sommes allés à Champasak Spa aujourd'hui. Le spa est au bord du Mekong, ce qui secoue deja nos esprits occidentaux. La patronne, française, a crée un lieu d'harmonie sociale, spirituelle et physique. En effet, le spa chouchoute les corps avec des soins doux et complets. Forcement, cela fait du bien à nos têtes. De plus le spa utilise des matériaux bio de facture locale. Enfin et surtout, le spa donne un emploi stable à plusieurs femmes de Champasak.
Les soins commencent par le lavage des pieds. Cela a beaucoup de sens dans un pays ou il pleut 5 mois de l'année, les pieds sont souvent maculés de boue et cela évite de souiller l'endroit et les jolis chaussons. Sur moi, l'effet a été sismique: j'ai lutté ferme pour ne pas pleurer. Je réalise a quel point laver les pieds d'autrui est un acte très fort, pour celui qui le fait (peut-être), mais assurément pour celui qui le reçoit.

English:

The few asian countries that I've been to don't care for ft. very much. Showing the sole of your for in Nepal is considered very rude. Kan stopped me a couple of times from pointing at something on the ground with my foot. So shocking! You must point with your hand or your voice, never your foot.
But I love feet. They're absolutely marvelous: the human foot has 26 bones, 33 joints and over 100 ligaments, tendons and muscles. They're all perfectly coordinated to keep us upright, walk, run, dance...
Symbolically, feet are very special, too, because they keep us grounded. The head aspires towards higher reaches and spiritual realms; our feet remind us that we're made of dust. Even when we hide them away and isolate them, our feet remain grounded.
We went to Champasak Spa today. The spa is next to the Mekong river, which is special enough in its own right. The owner, a french woman, has created a place of social, spiritual ans physical harmony. Our bodies are spoiled with gentle but thorough treatments. That, in turn, is really good for our heads. Furthermore, the spa uses locally produced materials whenever possible. Most of all, the spa gives stable jobs to several Chapasak women.
A visit starts with foot washing. It makes a lots of sense in a country with a 5 month rainy season. Feet are often soiled with mud; washing them avoids carting mud into the spa and dirtying the lovely slippers. It rocked my world. I did not expect this and fought hard not to cry. I discovered how profound foot washing can be. I don't know about the washer, but I now know what it can do and mean for the washee.

sam. 01 août 2015

MEKONG ....!

IMG_0218.JPG Paksé, en attente de partir pour Champassak -- Paksé, waiting to leave for Champassak

Français, avec un invité (GG):

Passer une soirée au bord du Mékong ! Cela parait juste surréaliste pour le commun des mortels, et je ne parle pas du poitevin de base....si vous voyez ce que je veux dire ! Et bien, j'ai passé la majeure partie de la journée à proximité du Mékong (Ann vous en parlera...), et la soirée avec ma chérie, seuls dans un restaurant, sur la terrasse, à un mètre de la berge, elle-même à 200 mètres de l'autre berge de ce fleuve mythique !!! Extraordinaire me direz-vous ? Mais le plus extraordinaire fut que ma chérie pendant ce temps .......comptait les lézards se promenant au plafond pour bouffer les insectes proches des lumières. Et ils étaient forts nombreux comme vous pouvez l'imaginer dans un pays par 35° à l'ombre, 80% d'humidité et au bord d'un fleuve débitant des centaines de milliers de mètres-cubes à la seconde. Vous reconnaîtrez que 10000 km pour regarder sa chérie compter les lézards au plafond, c'est de loin ce que je pouvais trouver de mieux pour se changer les idées dans ce contexte que chacun connait...... :-)
GG
PS : Pas réussi à mettre de photo, mais j'ai encore du mal à caler mes neurones sur le décalage horaire/culturel/spirituel/météorologique/alcoolique.
PS2 : Pour ceux qui l'attendent, j'ai trouvé la mine du LaoLao.
PS3 de Juanita: j'ai mis quelques photos, mais galère. Je rectifierai peut-être quand ce sera plus facile. Billet à suivre.

IMG_0248.JPG GG au bord du Meking, Champassak -- GG on the Mekong river bank in Champassak

English, with a guest speaker (GG):

Spend an evening on the Mekong! It's just surreal for most mortals, not to mention your average Frenchman from Poitou...you know who you are! Well, I spent most of the day close to the Mekong (Ann will tell you more...), and the evening with my sweetheart, just the two of us on a restaurant terrasse, one meter from the bank, which is 200 meters from the bank on the other side of this mythical river!!! Extraordinary, wouldn't you agree? The most extraordinary thing is that my sweetheart, during this time... was counting the lizard on the ceiling as they wandered about eating bugs close to the lights. They were numerous, as you can imagine, in a country that about 35°C in the shade, 80% humidity and next to a river that flows hundred of meters cube of water per second. You've got to admit that going 10000 km just to watch your sweetheart count lizards is certainly the best remedy for my current troubles at home... :-)
GG
PS: I didn't manage to load a picture, but my nerve cells are still adjusting to the time/cultural/spiritual/meteorological/alcoholic differences.
PS2: For some of you, I found the LaoLao factory.
PS3 by Juanita: I loaded the pics, but it was rough going. I may do things properly if uploading gets easier. Follow up postings may come.


sam. 01 août 2015

Vous me manquez déjà -- I already miss you

IMG_0131.JPG Kan et ses enfants -- Kan and his kids

IMG_0152.JPG Une partie du staff de Animal Doctors -- Some of the Animal doctor's staff

ven. 31 juil. 2015

Gothic plus

IMG_0199.JPG
PS: Je fais ce que je peux avec l'ordi de GG. -- I'm doing what I can with GG's computer.

mar. 28 juil. 2015

Entrepreneuriat -- Entrepreneurship

P1020692.JPG

Français:

Vous vous êtes déjà demandé pourquoi des commerces qui fournissent des produits ou services similaires se regroupent au même endroit dans une ville? Cela a beaucoup de sens si les produits vendus ont la même utilisation mais sont de marques différentes, comme c'est le cas des concessionnaires de voitures ou motos. C'est très pratique de comparer sans faire les quatre coins d'une ville. Je comprends encore lorsque des restaurants offrant les mêmes spécialités sont concentrés dans une rue, car ils sont généralement associés avec une autre activité: près des théâtres ou gares, centre ville piétonnier, etc. Pourquoi pas, même si le choix du restaurant a plus de rapport avec le crieur sur le trottoir que la qualité de la cuisine. Je saisis même lorsque le produit vendu a un rapport avec une production agricole locale: on vend ce qu'on produit sur place sans acheminement. Normal.
Parfois, ça doit juste être un gars qui a une bonne idée. Il se fait de l'argent, le voisin s'en rend compte, copie. Puis un autre s'y met, et encore un autre...
Pendant ma traversée des montagnes entre Luang-Prabang et Ponsavan, je suis je suis passée dans le village de Phoukhoun. Ce village semble s'être spécialisé en arrêt pipi: on trouve une bonne quinzaine des petits commerces comme celui de la photo, alignés les uns après les autres.
Celui qui a eu l'idée en premier doit avoir la rage.

English:

Have you ever wondered why shops that provide the similar products or services are all piled up in the same part of town? It makes a lot of sense if the shops are selling different brands, like car or motorcycle dealerships. It makes comparison shopping much easier. It even makes sense when restaurants offering essentially the same fare are close to one another. They're generally associated with another human activity, like a pedestrian zone, a theatre, a train station...Why not, even though choosing a restaurant has more to do with the person pitching it than the quality of the food. It also makes sense if the shops are related to an agricultural activity; people sell local produce on site, without all the transportation.
Sometimes I think it's just a person who comes up with a good idea. They start making money; the neighbor notices and copies. then another one does, and yet another one...
I crossed the village of Phoukhoun while travelling the mountain road between Luang-Prabang and Ponsavan. This village has apparently specialty appears to be the rest-stop. You'll find well over a dozen of the shops shown in the picture below, all lined up one after the other.
The person who came up with the idea first must be pretty pissed off by now.

P1020693.JPG Un commerce -- A shop

lun. 27 juil. 2015

Papillons -- Butterflies

P1020884.JPG

Français:

Photographier des papillons avec un appareil numérique ordinaire est un vrai chalenge car d'une part, ils ne restent pas nécessairement en place, et d'autre part, les couleurs sont parfois irisées an vol mais fades au repos.
Le Laos a une variété impressionnante de papillons. Je n'ai jamais vu autant de flamboyance et de couleurs. Je ne sais pas quel chose mystérieuse les attire par moments, mais on peut tomber sur des petits coins humides ou quantité de papillons s'amassent. Des tableaux vivants surprises. A force de diriger mon appareil dans leur direction, j'ai fini par avoir quelques belles images.
Je vous présente donc quelques photographies de papillons rencontrés au cours de mes balades ci-dessous. C'est un billet de la honte: je n'ai pas la moindre idée des différentes espèces. Y a t'il des lépidoptéristes amateurs dans la place?

English:

Taking decent pictures of butterflies with an ordinary numeric camera is extremely challenging for several reasons: they don't necessarily stay put while I dink around and sometimes the colors are brilliant in flight but dull at rest.
Laos has an extraordinary variety of butterflies. I've never seen so much flamboyance, so many colors. I also have no idea why, but for some mysterious reason, certain spots are just sexy to butterflies, drawing in a variety of species. Like beautiful living art. There's so many of them I was bound to get a few nice shots.
Below is a photo gallery of some of the butterflies I ran across during my stay. I'm ashamed of myself: I have no idea what species they are. Any amateur lepidopterists want to give it a try?

videos: Tat Xai, Vang Vieng

P1020619.JPG
P1020918.JPG
P1020927.JPG
P1020921.JPG
P1020931.JPG
P1020933.JPG
P1020522.JPG


dim. 26 juil. 2015

Une dernière -- One last one

bombini.png

Français: Un dernier petit concours, pour la route. Qu'est-e que c'est?

English: One last little quiz. What is it?

sam. 25 juil. 2015

Les gagnants du concours juin 2015 sont... -- The June 2015 guessing game winners are...

P1010195.JPG Le hook -- The bull hook

Français:

...tous ceux et celles qui ont tenté une réponse. C’était un travail collectif, même si in fine, c'est Fenrisse et Nyavlis qui ont trouvé: le cornac cache un clou dans la main.
Des dresseurs d’éléphants à travers le monde utilisent un "hook". Cet engin d'apparence barbare est un peu comme un prolongement de l'index qui permet d'appuyer de manière très ciblée sur des points précis du corps de l'animal. Bien utilisé, c'est un outil pour transmettre des ordres. Tout comme un bon cavalier fera pression ici ou là avec ses jambes, appuiera légèrement avec l’éperon, tiendra les rennes juste comme il faut. Ceci étant, bien des cornacs Laos n'ont pas de hook. Ils crient un peu ou beaucoup et se servent de leurs jambes pour guider l’éléphant. Lou Sinouan, mon cornac préféré à ECC et le copropriétaire de Mae Khramdi, est un adepte de la parole associée à la friandise. Ça marche! (Pour les amateurs des mots techniques: il pratique le renforcement positif.)
Quantité de jeunes cornacs Laos, surtout dans les camps pour touristes, le sont par argent, opportunisme et le coté macho de la chose. Donner des ordres à un si grand animal à de quoi titiller leurs testicules. Ce n'est pas eux qui ont grandi avec l’éléphant, qui lui ont appris tout son vocabulaire. Ces "nouveaux cornacs" profitent du travail de dressage effectué par quelqu'un d'autre. Employés par le propriétaire de l’éléphant, ils n'ont souvent pas d’attachements avec celui-ci, aucune idée du magnifique partenariat homme-animal. C'est un emploi mais c'est tout.
Les touristes s’émeuvent souvent, à juste titre, de l'utilisation du hook. Il vaut mieux que nouveau cornac de la photo n'en ait pas, il s'en servirait pour taper sur l'animal avec la pointe. (J'ai vu quelques blessures de ce genre.) Par contre, il a retenu juste le coté moche du hook: le clou est pointu et emmerdant pour l’éléphant. Bien caché dans la main, on croirait que c'est un cornac exemplaire qui ne crie pas trop. J'ai entendu des touristes louer ce camp pour leur bientraitance. Ben voyons.

P1000562.JPG Lou Sinouan et son sac de friandises -- Lou Sinouan and his bag of treats

English:

...all of you who gave it a shot. It was a collective win, even if Fenrisse and Niavlys actually named the object: the mahout has hidden a nail in his hand.
Elephant trainers throughout the world use a bull hook. This tool should be used like an index finger extension, allowing the elephant handler to give very precise orders to the elephant over a large part of its body. It looks barbaric but it's probably not when used properly. It's like when a good horseman uses leg pressure, stirrups or holds the reins just so. Having said that, I saw many Lao mahouts that don't use a hook. They use their voices more or less loudly and use leg commands to get what they want. Lou Sinouan, my favorite mahout at ECC and co-owner of Mae Khramdi, used a lot of treats. It worked wonderfully. (For those who like technical terms: he used a lot of positive reinforcement.)
Many young Lao Mahouts, especially in tourist camps, were not born and raised in this profession. They've become mahouts out of opportunism, financial necessity or plain machismo. Giving orders to these huge beasts rocks their testicles. These "new mahouts" didn't teach the elephants anything; they're just using and abusing an already trained animal. As employees, many new mahouts are not particularly attached to the animal. It's only a job, not a partnership.
Tourists often complain that the hook is barbaric, and rightly so. It's a good thing the fellow in this picture doesn't have a bull hook, he'd probably whack elephants with the pointy end. (I've seen several wounds that were made by hooks.) He's just adopted all the hook's nastiness; a nail is sharp and unpleasant without the reach. With the nail well hidden in his hand, he passes for a good guy who doesn't even yell much. I heard tourists go on about how wonderful this camp was because they treated elephants so well. Yeah right.

ven. 24 juil. 2015

Whole language -- Methode globale

P1020879.JPG

English: the French speakers may not get it, but if your English speaking brain is now processing words as whole language, this sign will create a lot of mental confusion. It sure did with me.

Français: cet écriteau ne va peut être pas étonner les francophones, mais si vous lisez l'anglais que que votre cerveau est passé à la méthode globale de reconnaissance des mots, il vous faut un petit moment pour faire marche arrière. J'ai du retourner à la méthode syllabique pour m'en sortir.

mer. 22 juil. 2015

Paralleles -- Parallels

P1020007.JPG Une vue de Tat Kuang See -- A view of Tat Kuang See

P1020027.JPG Une autre vue de Tat Kuang See -- Another view of Tat Kuang See

Français:

Lors de sa visite, mon chéri et moi sommes allés visiter Tat Kuang See. Ce sont des chutes d'eau magnifiques, avec des tas de bassins d'eau turquoise ou l'on peut se baigner. On peut aussi grimper au dessus de la plus grande chute, là ou l'eau commence sa chute vertigineuse. C'est tout aussi magnifique et la vue est spectaculaire.
La clinique Animal Doctor's fait sa publicité dans un journal gratuit de Vientiane. Le journal a toujours de très belles photos du Laos en couverture. La couverture de ce mois-ci a retenu mon attention. Allez en bas du billet et vous comprendrez pourquoi.

English:

I took my lover to visit Tat Kuang See when he came to visit a few months ago. These are absolutely beautiful waterfalls, with a succession of turquoise blue pools you can swim in. You can also climb above the waterfalls, to where the water starts spills over the first ledge. It is just as beautiful from this angle and the view is spectacular.
Animal Doctor's clinic advertises in a glossy free Vientiane magazine. There's always a good picture of something very Lao on the cover. This month's cover caught my attention. Below, you'll see why.

P1020022.JPG Un touriste à Tat Kuang See -- A tourist at Tat Kuang See

P1030090.JPG Un autre touriste à Tat Kuang See -- Another tourist at Tat Kuang See

BONUS:

P1010988.JPG Une vue de GG -- A view of GG

P1010990.JPG Une autre vue de GG -- Another view of GG

'

mar. 21 juil. 2015

Paysages insolites -- Unusual landscapes

P1020823.JPG Le Far-Ouest? -- Cowboy country?

P1020862.JPG Les Pyrénées? -- The Pyrenees?

P1020997.JPG En vacances? -- On vacations?


lun. 20 juil. 2015

En danger -- Threatened

P1030078.JPG Un macaque mal en point -- A macaque in very sad shape

Français:

Ce singe a été récupéré par Vientiane Rescue. Vientiane Rescue est une ONG qui fait office de SAMU dans la ville. Ce sont ces volontaires qui ont été chercher les accidentés humains dont je vous parlais ici. Heureusement qu'ils sont là, il n'y a pas de SAMU officiel et les accidents de la circulation pléthoriques.
La page facebook de Vientiane Rescue dit qu'ils ont trouvé ce singe sauvage dans un piège. De sauvage il l'est pas nature, mais manifestement il était captif quelque part. Il est calme dans la cage, laisse les volontaires de Vientiane Rescue lui faire des soins et pansements, prend les aliments qu'on lui tend doucement mais plus encore, a les canines écourtées. Aurait-il été largué par des gens indélicats ou est-ce qu'il s'est sauvé? En tout cas, ses plaies sont moches. Pauvre bougre.
Au fait, il s'agit probablement d'un macaque a queue de cochon (Macaca leonina), une espèce en danger.

P1030084.JPG Le vehicule de Vientiane Rescue devant la clinique -- Vientiane Rescue's ambulance in front of the clinic

English:

This monkey was rescued by Vientiane Rescue. Vientiane Rescue is an NGO whose volunteers provide first aid to human road-accident victims. They're the ones I told you about here. It's a good thing they're around because there's no official emergency response system and road accidents are numerous.
Vientiane Rescue's facebook page states that they got this wild monkey out of a trap. It may be wild by nature, but it's obviously been captive somewhere. It is calm in the cage, lets Vientiane Rescue volunteers tend to his wounds, takes food that is held out to him gently, but most of all, his canine teeth have been filed down to nubs. Who knows whether he was dumped by some fool who had gotten tired of him or whether he somehow escaped. In any case, his wounds are ugly. Poor fellow.
By the way, he's probably a northern pig-tailed macaque (Macaca leonina); an endangered species.

P1030079.JPG L’anesthésique commence à faire son effet -- The anesthesia is kicking in

P1030081.JPG Encore KO -- Still out of it

P1030082.JPG Trois volontaires viennent chercher leur singe -- Three volunteers come to get their monkey

P1030086.JPG Une ambulance pour un singe -- An ambulance for this monkey

P1030089.JPG Prêt à partir; bonne chance à tous -- Ready to go; good luck to all


dim. 19 juil. 2015

Ananas -- Pineapples

P1020700.JPG Une petite fille avec bien 10 kg d'ananas dans son panier. -- A little girl with what must be 10 kilos of pineapple in her basket.

Français:

C'est la saison des ananas. Juteux, sucrés, aphtogènes ; un vrai bonheur. On en achète en ville pour seulement 6 000 Kip (0,80 euros) ou prêts à consommer pour seulement 10 000 kip (1,20 euros).
Les ananas sont produits sur les pentes abruptes des montagne. Fut un temps, ces montagnes devaient être couvertes de foret tropicale. C'est juste hallucinant de voir a quel point les pentes sont raides: il y a eu des humains qui ont planté les ananas la haut, maintenant il y a des humains qui cueillent les ananas et les amènent sur leur dos jusqu’à la route.
C'est une bien dure labeur; je me demande combien d'argent reste aux paysans en fin de saison. J’espère sincèrement que ça vaut le coup.

English:

It's pineapple season. Juicy and sweet, they scrape off a couple layers of cells from your mouth every time; eating one makes you so happy. You can buy them as is in town for only 6000 kip (0,80 USD) or ready to eat for only 10 000 kip (1,20 USD).
Pineapples are produced on steep mountain slopes. I suppose these mountains were once covered in thick tropical forest. The slopes are so steep you can hardly believe a human was able to plant anything up there, it's even more astonishing to think that they harvest the pineapples by hand and carry them down to the road on their backs.
I wonder just how much farmers actually earn from such hard labor. I hope its worth it.

P1020846.JPG Nouvelle plantation d'ananas -- Young pineapple plantation

P1030064.JPG Stand de fruits au bord de la route, Viantiane -- A road side fruit stant in Vientiane

P1030061.JPG Au naturel

P1030065.JPG Prêt à manger -- Ready to eat


sam. 18 juil. 2015

Zoom 2

P1020741.JPG De loin -- From afar

P1020745.JPG De près -- Close up

ven. 17 juil. 2015

Ou est Waldo? -- Where is Waldo?

P1020791.JPG Waaaldoooo???

Fr: Oui, c'est un post bien faignant. Mais il m'a fallu un temps fou pour prendre la bonne photo, tout comme rediger les trois posts précédents.

Eng: Yes, this is a lazy post. But it took me forever to take a decent picture, and even more time to write the three previous articles.

jeu. 16 juil. 2015

Phonsavan »

P1020763.JPG Fractionné par la bombe qui a laissé le cratère juste derrière ? -- Split by the bomb that left the crater just behind it?

Français:

Préambule: il n'y a rien qui m’horripile plus qu'une conversation entre touristes ou ils partagent ce qu'ils ont "fait".
- J'ai fait la Thaïlande, c’était trop cool.
- Ah ouais la Thaïlande c'est trop bien, t'as fait quoi?
- J'ai fait Bangkok pendant deux jours, puis j'ai fait fête à Puket pendant trois jours, puis j'ai fait Chiang-Mai, j'ai vu des Hmong en costume traditionnel, c’était trop bizarre tu vois. Au Laos, on me dit qu’il faut faire la fête à Vang Vieng puis j'irai Luang-Prabang, il parait que le marché de nuit est trop sympa, et on peut monter sur le dos d'un éléphant pour seulement 25 dollars. J'ai pas encore fait un éléphant, ce sera incroyable.
- Ah ouais? T'as fait d'autres pays?
- Ouais, j’aime voyager. J'ai fait le tour d’Europe en deux semaines il y a deux ans. J'ai aussi fait la Tunisie une fois. J’étais au Djerba Palace Resort, c'est tellement pas cher depuis la révolution et la plage est magnifique.
- Mon truc à moi c'est la plongée: j'ai fait tous les coins de plongée de l'Asie du sud-est. In-cro-yable! Maintenant je vais faire l'Afrique, mais tu vois, le problème c'est la sécurité. Tu veux pas me donner l'adresse du Djerba Palace Resort?
Je bouillonne. Je voudrais leur dire d'abord de s’acheter du vocabulaire. Que « faire » quelques trucs ne fait pas d’eux des experts. Que leur collection est bien minable car ils passent à côté de vivre et être des pays qu’ils visitent. Ces aveugles illustrent parfaitement le poème de l’éléphant.
Et pourtant...quitte à faire le trajet, autant visiter, non? Comment visiter? Se promener au hasard et espérer faire une belle rencontre ne marche que si on a beaucoup de temps devant soi, un moyen de communiquer un minimum avec les autochtones et un peu de chance. Autrement, il nous reste les guides touristiques et les conversations avec les autres voyageurs. A prendre et à laisser.

Je suis sur le point de départ, je fais ma touriste. C'est un exercice sympa mais superficiel: je coche mes cases "j'ai fait ceci, j'ai fait cela" des choses à voir au Laos, je paie mes billets d’entrée, je visite des endroits que j’oublierai rapidement ou je me raccroche en prenant une foultitude de photographes. De mon expérience, une fois rentrée à la maison on ne visionne les photos que lorsqu'on force les copains et la famille (traduisez les innocents, les trop polis et les mauvais menteurs) à partager avec nous tout ce qu'on a "fait".
Je vais donc visiter la Plaine des Jarres, qui est haut placé sur n’importe quelle liste des choses à faire au Laos.
Je vous le livre rapidement, les photos (cliquez sur le titre si elles vous intéressent) feront le reste: la ville de Phonsavan se situe à mi-chemin entre Vientiane et le Vietnam. C'est une bourgade plutôt vilaine (avec mon regard de touriste) mais point de départ pour visiter la Plaine des Jarres. C'est aussi au cœur d'un des endroits les plus bombardés du Laos.
Je suis arrivée par le nord. Je me suis arrêtée à Tham Pha. Selon mon guide Lonely Planet, cette grotte abrite un Bouddha vieux de 900 ans. Derrière cette grotte se trouve Tham Sangja: un crève-cœur. Cette grotte a servi d’hôpital de fortune pendant la guerre d'Indochine. Le sol est jonché de flacons de médicaments vides. On imagine les blessés entassés dans des recoins de la grotte. On imagine la mort, la souffrance et le désespoir, mais aussi la détermination. Car il faut vouloir porter des blessés dans un endroit pareil. Le soir, je me suis arrêtée au Centre pour visiteurs du Mines Advisory Group (MAG). Cette ONG fait le ménage, mètre carre par mètre carre, de l'ordonnance non explosée (UXO). Un vrai travail de fourmis, qui rend possible les visites de la Plaine de Jarres en sécurité.
Le lendemain, j'ai visité plusieurs sites de la plaine de Jarres. Les Jarres sont dispersées un peu de partout autour de Phonsavan, mais on ne visite généralement que trois sites riches en Jarres et la carrière, UXO et manque d'information sur les autres sites oblige. J'ai regardé autant ces jarres massives, vieilles d'environ 2000 ans que les cratères laissés par les bombes vielles de 50 ans.
Encore une journée de route pour rentrer. Les paysages sont variés et spectaculaires. Pour ceux qui aiment la route, ça doit être génial. Pour les impatients et affliges du nerf sciatique comme moi, c'est limite. Je soupèse : est-ce que toute cette route valait le coup rien que pour quelques jarres en pierre? En vérité, je n'avais pas le choix: c'est mon devoir de touriste de cocher cet item de ma liste. Ne pas le faire m'expose au doute: et si j'avais raté quelque chose de génial? Maintenant, je tiens le haut du pavé avec ma liste des courses bien remplie.

English

Preamble: I loathe conversations between tourists about all the things they’ve done. Conversations go something like this :
"I did Thailand, It was way cool."
"Oh really ? What did you do?"
"I did Bangkok for a couple of days, then I went to Puket and partied like for three days. After that, I went to Chiang-Mai to see those Hmong in their traditionnal clothes. It was amazing, man. In Laos, I’ve been told to go to Vang Vieng for party time. Then I’ll do Luang-Prabang, I hear the night market is awesome and I can ride an elephant for just 25 dollars. I’ve never done an elephant ride before, man. It’ll be an awesome experience."
"Oh right. Have you been to other countries?"
"Yeah man, I love travelling. I did Europe in two weeks a couple of years ago. I also did Tunisia last year: I went to the Djerba Palace Resort, it’s super cheap since the revolution and the beach is awesome."
"My thing is diving, man. I’ve done all the best places in south-east Asia, man. Amazing. Now I want to do Africa, but it’s not safe. Hey, can you give me the address of the Djerba Palace place?"
Ooo, I’m seething. I’d like to tell them first of all to go buy some damned vocabulary. Then I’d love to say that “doing” a few things doesn’t make them experts. A “done that” collection is pretty pathetic because they’ve missed out on living in and being with the country. Perfect examples of the elephant poem.
The catch is that if you’re going to go so far, ya might as well visit. Where to go and what to do? Bumbling about randomly hoping to run into something worthwhile is just great if you’ve got lots of time, a minimal means of communicating with natives and a bit of good luck. Otherwise, you’ll be resorting to guide books and conversations with other tourists with mixed results.

I’m leaving Laos soon, so of course I’m frantically being a tourist. It is interesting even if it feels superficial: I’m ticking off the boxes on my “done this been there” list, paying my entry fees, visiting places I’ll forget just as quickly, consoling myself by taking oodles of pictures I’ll never look at again. Actually, some travelers do look at them back home, when they invite friends and family (otherwise known as the innocents, the polite ones and the bad liars) to come and share in their travel exploits.
Anyway, I visited the Plain of Jars. It is way up there on the Lao “to do” list.
I’ll tell you about it briefly, the pictures (click on the title if interested) will do the rest. Phonsavan is an ugly -to my tourist eyes- little town located between Vientiane and Vietnam. It is a base from which to visit the Plain of Jars. It is also at the heart of one of the most bombed places of the Indochina wars.
I arrived from the north. I stopped on the way at Tham Pha. According to my Lonely Planet guidebook, this cave shelters a 900 year old Buddha statue. Behind it is Tham Sangja, which should be known as heart-ache cave. Tham Sangja served as a makeshift hospital during the Indochinese wars. The ground is covered in used medicine vials. You can imagine the wounded stashed away in various recesses of the rock wall. You can imagine the dead, the suffering and the pain, but also sheer will-power, because it must have taken loads to just to get the wounded to the cave. I stopped by the Mines Advisory Group (MAG) visitor center in the evening. This NGO cleans up unexploded ordinance (UXO), one square meter at a time. It is painstaking dangerous work that makes visiting the plain of Jars possible.
I visited several jar sites the next day. These stone jars are actually disseminated throughout the area around Phonsavan. Unless you have some flair for detecting UXO or have a special Lao friend who will show you around, you’ll probably only visit the three sites with high concentrations of jars plus the stone quarry. The 2000 year old stone jars are indeed impressive; the 50 year old bomb craters got to me even more.
It takes another whole day to drive home. The countryside is varied and sometimes spectacular. It is truly beautiful for those of you who like road trips. For those who, like me, are impatient and afflicted with a touchy sciatic nerve, it is too much. I weighed the pros and cons in my mind during the drive. Were some stone jars really worth it? The answer is of course yes. I am a diligent tourist; I had to cross this one of my list. Not doing so would have created so much doubt: what if I had missed something extraordinary? My "done that" list is looking good!

mar. 14 juil. 2015

A propos du détachment -- Absence of desire

P1020841.JPG Wat Pia Wat: quelques doutes ? -- Having doubts at Wat Pia Wat?

Français:

Certains d'entre vous (ok une ou deux personnes maximum) se demandent ou j'en suis de ma vie spirituelle. C'est simple: point mort.
Ce n'est pas que je ne m’intéresse plus au Bouddhisme, mais je ne trouverai pas ici, pas maintenant.
Il y a plusieurs raisons à cela. D'abord le bouddhisme n'est pas une religion prosélyte: c'est à moi d'aller chercher cet enseignement, personne viendra toquer à ma porte me proposer une petite discussion. C'est encore plus hermétique lorsqu'on ne parle pas la langue. Peu de Laos parlent assez bien l'anglais pour enseigner le bouddhisme a un étranger, encore faut-il qu'ils en aient l'envie. Car les Laos -du moins de mon expérience- sont réservés avec les étrangers. Même dans un village reculé, vous ne serez pas suivi d'une nuée d'enfants. Tout au plus un enfant particulièrement téméraire ou curieux vous dira bonjour. C'est comme ça: on vit sa vie, on s'occupe de soi-même et de sa famille, si nécessaire au point même de rentrer en esclavage pour elle. Mais pour ce qui est de l’étranger, CSM.
Ensuite, le bouddhisme s'adapte à la culture qui l'a adopté et vice-versa. Le bouddhisme Lao a absorbé des pratiques animistes; on fait une part belle aux esprits et aux superstitions. On pratique l'art divinatoire et on vend des bracelets bénis dans certains temples. Pourquoi pas, c'est coloré, folklorique, sympa à voir, mais ça ne me parle pas.
J'ai l'impression que la vaste majorité des personnes qui se disent bouddhistes au Laos le sont essentiellement pour raisons familiales et culturelles. Tout comme ces catholiques français qui baptisent leurs enfants et se marient à l’église avec le tra-la-la mais sont aux abonnés absents de la messe le reste du temps. Ils volent, trichent et mentent comme tout le monde. Ainsi, les hommes deviennent moine quelques semaines dans leur vie pour accumuler du mérite, mais surtout pour plaire à leur famille. Même mon ami Kan l'a fait dans sa jeunesse. Il avoue son ignorance et refuse la discussion car la religion ne l’intéresse pas. Il fait néanmoins appel aux Chamanes et aux moines pour mettre de l'ordre dans les esprits de son entourage des que ça barde ou quelqu'un est malade. Les femmes? Il y a peu de nonnes, les femmes sont des sous êtres, que ce soit dans le monde courant ou dans les temples. Même si l'on trouve majoritairement des femmes laïques dans les cuisines des temples et sur le bord du trottoir à 5h du matin pour faire leurs offrandes. Dans l'échelle des réincarnations, la femme est en dessous de l’éléphant.
Pour un pays communiste, le Bouddhisme est drôlement bien toléré par l’état aujourd'hui...Il y a eu des phases de construction et de destruction de temples La dernière phase de destruction physique des temples date des guerres d'Indochine. Étant donne l'amplitude du bombardement, la destruction a été massive à certains endroits. Aujourd'hui, on construit des temples à gogo. Chaque quartier, chaque village veut son temple, plus grand, plus voyant, plus ostentatoire. Il s'en vend bidons de peinture dorée, il s’en offre des choses aux temples pour gagner du mérite dans cette vie et les prochaines. Opium du peuple de choix : accepte ce que cette vie t’apporte sans violence et sans résistance, tu seras d’autant plus méritant dans la suivante.
Quand j'ai rencontré le Bouddhisme une première fois, c’était lors d'un stage de méditation silencieuse. Le cadre était bien ordinaire; pas une once de peinture dorée, pas une seule représentation du bouddha historique. Interdiction de tuer, de mauvaises paroles, gestes ou pensées. Un vrai chamboulement (Comment ça, je ne peux pas tuer ce moustique qui est en train de sucer mon sang?), je l'ai fait par bravoure, pour voir si je pouvais passer dix jours à méditer du matin au soir en silence. Je n’ai rien dit aux copains ; je suis rentrée du stage toute fière de moi. J'avais encore du chemin à faire en matière d’humilité (c'est toujours le cas). Je me suis dite bouddhiste lors de mon troisième stage de méditation. Le monastère était niché dans la foret Thaï, je ne comprenais que des bribes de l'enseignement pourtant en anglais mais je me suis sentie comme si j’étais rentrée à la maison. J’étais enfin chez moi!
Ici, au Laos, j'ai l'impression de rester sur le pas de la porte à regarder ce qui s'y passe dedans. Une gamine pauvre devant une vitrine décorée pour Noël : c’est beau mais ce n’est pas pour moi. Heureusement que le Bouddhisme m’a appris depuis longtemps que cela n’a aucune importance.

P1020863.JPG Pas moi! -- Not I!

English:

Several of you (OK, maybe only one or two) are wondering what’s going on in my spiritual life. It’s pretty simple: absolutely nothing.
It’s not that I’m not interested in Buddhism any more, it’s just that I won’t find it here, not when I’m leaving so soon.
There are several reasons for this. First of all, Buddhists do not proselytize. It’s up to me to go find teachings, nobody will come knocking at my door and ask to come in for a chat. It’s even more closed off when you don’t speak the language. Few Lao monks speak English well enough to teach foreigners, even if they were so inclined, which they’re not. It’s been my experience that Lao’s keep to themselves. Even in the most remote village you’ll not be surrounded by a swarm of children. At best, the bolder ones will say hello as you walk by. It’s not that people aren’t friendly. It’s just that they’ve got enough going on; they’re taking care of themselves and their family (to the point even of becoming an indentured slave). No time, energy or interest for foreigners.
Furthermore, Buddhism adapts to the culture that adopted it, and vice versa. Lao Buddhism has absorbed animist practices; it is rife with sprits and superstition. Divinatory arts are practiced in certain temples; shamans sell “blessed” objects meant to put your spirits back in order at temples. Why not, it’s colorful, local and fun to see, but it doesn’t mesh with my understanding of Buddhism.
I really feel as though the vast majority of people who call themselves Buddhist in Laos are doing so to conform with family and culture. Just like the French catholics who baptize their kids and get married in church with all the hoop-la but never set foot at mass. They cheat, lie and steal just like the rest of us. Here, men become monks for a couple weeks out of the year to please their families and earn a bit of merit. Even my friend Kan was a monk for a little while in his youth. He readily professes to his ignorance of Buddhism and his lack of interest in spiritual matters. He changes the subject ASAP when I bring it up, yet goes to a Shaman when things get screwed up at home or someone in his family gets sick. What about women? There are very few nuns; women are 2nd class citizens, even though you’ll find mostly women cooking for monks at temples and on sidewalks at 5 AM giving alms. On the reincarnation scale, women rank lower than elephants.
Buddhism is incredibly well tolerated by the communist government...There’s been construction and destruction of temples throughout the country’s history. The last destructive phase occurred during the Indochina wars. Massive bombing destroyed parts of Laos. Today, they’re building like mad again. Each neighborhood and village wants its own temple, the bigger and more ostentatious the better. Oodles of gold paint being slapped on; even more stuff being offered to temples to earn merit in this and next lives. Opium for the masses: just accept this life without violence and you’ll ear merit for the next one.
I first encountered Buddhism in a silent meditation retreat. It took place in an ordinary building, with no gold paint and no statues of the historical Bouddha. We pledged to not kill, to have rightful actions, words and thoughts. It certainly shook me up (What do you mean I can’t slap the mosquito that’s feeding on me here?). I went out of bravado, to see if I could hold out for ten full days of silent meditation. I didn’t tell my friends I was going, just in case I didn’t make it; came back all pleased with myself. I obviously still needed to work on the concept of humility - as I still do today. I finally called myself Buddhist during my third meditation retreat. The monastery was in a forest in Thailand. I understood just bits of the teachings, even though they were given in English. Nevertheless, I felt as though I had come home. I was finally in the right place!
Here in Laos, it's as if I was standing on the front doorstep looking in. Just a poor kid looking through a shop window all made up for Christmas. It is beautiful, and it’s not for me. Good thing Buddhism taught me a long time ago that it doesn’t matter.


P1020968.JPG Ou suis-je? Afrique? Laos? -- Where am I? Afica? Laos?

dim. 12 juil. 2015

Xayaboury Power Co

P1030018.JPG Very small woman on a very large dam construction site in a very Lao style pose -- Une toute petite femme sur un barrage monumental en construction, dans une pose très Lao style.

English:

I was very lucky to get a private visit of the future Sayaboury hydro-electric power plant. It is just an amazing thing in many respects. Just to give you an idea of the sheer magnitude of the project: they're only half way through the building process, and they've already used 200 million metric cubes of concrete. I don't even understand those kinds of numbers, but they've built a concrete plant on site and a rail system to move the stuff to where it'll be used, including the other side of the Mekong river.
I learned that this is a barrage: although the dam spans the width of Mekong river, it is not intended to create a holding reservoir, but to block and raise the water to a level ("only" 30 meters) that will create enough energy when running through the power plant itself. Excess water will flow straight through several spillways.

The dam of course raises lots of ecological and social questions.
-For example: what about the fish?
Well, in phase one, the water hasn't been raised much yet. So temporary pathways, with different flow rates for different fish species have been built into the the ship and flow channels. This won't work when the water is raised and flows through the plant: the fish will never swin vertically for 30 meters. So permanent "alleys" will be built for them to change altitude. Given the height, a fish run made of just corridors would be too long and therefore too exhausting for the fish to swim the distance. So once they get far enough along not to be able to turn back, they will be conveyed with "fish elevators".
-For example: what about the silt? Farmers down stream need silt.
I also learned that the Mekong doesn't flow and hasn't flowed naturally for quite some time, since there are several dams upriver. Nevertheless, the dam has several flow channels with low openings specifically engineered to pass silt. Silt will be dredged and churned to ensure that it stays suspended and moves along down river.
-For example: what about the people who use the river for travel and transport?
The small boats are presently conveyed by tractor around the dam as needed. They just call up the tractor driver and get picked up. A large ship channel was built on the right bank of the river to accommodate large vessels in phase one.
-For example: what about earthquakes?
The hydro-power plant is supposed to resist earthquakes that have a one in 100 year probability of occurring no sweat, and do OK with even less probable events. We'll have to believe the engineers on this one, since none of us will probably be around when such an event takes place to check.

This is amazing engineering and amazing mitigation. Frankly it is part national monument and part art. I hope the pictures inspire you too.

P1030024.JPG Break time for a couple of workers at the XPC site. Check it out: they're wearing real safety equipment. -- Heure de la pause pour deux ouvriers au XPC. Regardez bien: ils portent de vrais équipements de sécurité.

Français

J'ai eu la chance d'avoir une visite privée du chantier de la future centrale hydroélectrique de Sayaboury. C'est un chantier extraordinaire. Pour vous donner une idée de la grandeur du projet: ils ne sont qu'à mi-chemin du projet et ils ont déjà utilisé 200 millions de mètres cubes de béton. Mon cerveau ne conceptualise pas ce genre de chiffres, tellement c'est grand. Ils ont même construit leur propre usine a béton sur place, ainsi qu'un réseau de rails pour convoyer le béton là où il sera utilisé; entre autres, de l'autre côté du Mékong.
J'ai appris que le barrage n'est pas destiné a retenir une grande quantité d'eau sous forme de réservoir, mais a augmenter le niveau de l'eau suffisamment pour faire tourner les turbines de la centrale et fabriquer de l’énergie. "Seulement" une différence de niveau de 30 mètres. L'eau en excès passe dans les canaux déversoirs et poursuit directement son chemin.

Le barrage pose bien sur bien des questions écologiques et sociétales.
-Par exemple: qu'en est-il des poissons?
Eh bien, dans la première phase du projet, le niveau de l'eau est juste un peu augmenté. Des tunnels temporaires ont été construits dans le béton. Les différentes espèces trouveront des flux d'eau aux des vitesses d'eau différentes pour satisfaire leurs besoins biologiques et trouver leur chemin. Ce système ne fonctionnera plus quand le niveau de l'eau augmentera vraiment: ils ne nageront pas à la verticale sur 30 mètres. Le projet prévoit des couloirs avec des pentes douces en béton pour les poissons. Les poissons seraient trop épuises s'ils devaient faire tout le chemin eux-mêmes. Quand ils seront suffisamment engagés pour ne plus faire demi-tour, ils seront transportés par des sortes d'"assesseurs a poissons."
-Et les sédiments? Les agriculteurs en aval ont besoin des sédiments, non?
J'ai appris que l'eau du Mékong n'est plus du tout une rivière naturelle, les flux d'eau et de sédiments ont été déjà largement modifiés par les barrages en amont. Néanmoins, le barrage intègre plusieurs déversoirs avec des entrées et sorties basses spécifiquement pour écouler les sédiments. Ceux-ci seront maintenus mécaniquement en suspension afin de s'assurer qu'ils traversent le barrage.
-Par exemple: qu'en est-il des gens qui utilisent le Mékong comme moyen/chemin de transport?
Les petits canots sont transportés de part et d'autre du barrage en tracteur. Il suffit de téléphoner au transporteur et de se rendre au point de ramassage. Par ailleurs, un grand canal a aussi été construit pour les embarcations de grande taille.
-Par exemple encore: quid de l’activité séismique?
Le projet a été conçu pour résister tremblements de terre qui n'arrivent statistiquement qu'une fois tous les 100 ans sans dégâts. Elle doit résister sans trop de dommages aux évènements statistiquement bien plus rares. On n'en saura pas plus: il est probable que l'on soit mort bien avant qu'un tel évènement arrive pour vérifier cette affirmation.

C'est un projet hors normes, que ce soit du point de vue de l’ingénierie ou des mesures de mitigation. C'est de l'ordre du monument historique et de l'art. J’espère que les photos ci-dessous vous étonneront aussi.

Christiaan.jpg My host. (He gets credits and thanks for the aerial and night pictures) -- Mon hôte. (La photo aérienne et nocturne sont de lui. Avec mes remerciements.)

006.JPG Aerial photo taken with a drone: the Mekong has been deviated to allow construction on the right side of the river. -- Photo aérienne prise avec un drone: le Mekong a été dévié pour permettre la construction des structures a droite.

P1030001.jpg Above stream view:
1. Ship channel. -- Canal pour les bateaux.
2. Water inflow for temporary fish runs. -- Entrées d'eau pour les passages a poisson temporaires.
3. Large flow channels. -- Grands déversoirs.
4. Smaller flow channels designed to let silt pass through. -- Petits déversoirs conçus pour laisser passer les sédiments.
5, Next phase of the project: the power plant, with the permanent fish runs has yet to be completed behind this wall. -- La phase suivante du projet: la centrale elle même, ainsi que les passages a poisson permanents, est en cours de construction derrière ce mur.
6.The Mekong has been deviated to the right while the power plant is built at the left. It looks calm upriver, it is a raging storm just below the dam. -- Le Mékong est dévié a droite pendant qu'ils construisent la centrale a gauche. Ça a l'air calme d'ici, mais c'est un torrent violent juste de l'autre coté du barrage.

P1030033.JPG A view of the downstream side of the dam, where the future power plant and permanent fish runs are being built. -- Vue du côté aval du barrage, en pleine construction de la centrale hydro-électrique elle-même et des couloirs à poissons permanents.

P1030027.JPG Hanging on tight above a spillway. The huge orange rods are the pistons that move the spilway gates. The rail system for conveying concrete is in the background. -- Je m'accroche au dessus d'un des déversoirs. Les gros pilons oranges sont les pistons qui ouvrent les portails des déversoirs. On aperçoit les rails pour le convoyage du béton en arrière plan.

P1030036.JPG A tiny screw, just the diameter of my fist. -- Un tout petit boulon, du diametre de mon poing.

P1030047.JPG Constant stream of trucks waiting for the barge to cross the Mekong. -- Flux constant de camions qui attendent le bac pour traverser le Mékong.

IMG_4257.JPG Building by night -- Le chantier de nuit.

sam. 11 juil. 2015

Cordon sanitaire -- Sanitary measures

P1020650.JPG French: Je vous presente Da et Namphon, staff administratif de la clinique Animal Doctors. Toutes deux ont un petit mal de gorge.
English: Meet Da and Namphon, admin staff at Animal Doctors veterinary clinic. Both have a touch of sore throat.

page 1 / 7